Annecy 2017, jour 4.

Like Ne bougez pas Dislike
 
6
Print Friendly, PDF & Email

Hier, la journée était plutôt tranquille !

Dans la matinée je suis allé voir le WIP (work in progress) de Tito et les oiseaux. Franchement, il est pour le moins surprenant : il est réalisé avec un petit budget mais il sera à la hauteur à tous les niveaux : de l’aspect esthétique au message porté par film. L’histoire vise un public très jeune (enfants). Il raconte l’histoire de Tito, enfant brésilien qui vit dans un quartier, fils d’un ingénieur inventeur de machines loufoques. Son quartier fait face à une étrange épidémie : la peur rend les gens malades au point de les transformer en légumes… Genre en bestiole flasque. Heureusement, une grosse société pourra apporter un vaccin et surtout pour se remplir les poches. Du coup Tito, à l’aide des inventions de son père et des ses amis, décide de sauver son pays.

Ce qui est aussi intéressant dans ce film c’est l’aspect visuel. C’est de l’animation 2D mais multi-genres : animation traditionnelle sur plaque de vert avec de la peinture à l’huile, compositing et décors réalisés en digital paintings. Ils sont d’ailleurs déstructurés et laissent place aux couleurs et aux émotions. Ainsi, l’aspect déconstruit nous immerge très bien dans un univers perçu par un enfant !

Je suis allé voir, suivi ce superbe WIP, L’homme qui parlait 75 langages, un long-métrage hors compétition. Grosse déception. Là où je m’attendais à avoir un scénario vivant, je me suis retrouvé face à un film long, mélancolique, déprimant… qui racontait la pénible histoire d’un homme tentant tant bien que mal de conserver les langues originales de chaque pays dans les contrées germaniques au 18ème siècle. Sauf que les émotions sont fades, et surtout mal desservies par l’usage de fonds photographiques ou filmées qui donnent plus l’impression d’être là pour combler un vide que pour un aspect purement créatif. C’est vraiment dommage car l’idée de base était intéressante !

Déçu de cette projection qui m’avait carrément démoralisé, j’errais dans Annecy en quête d’un déjeuner. Une fois trouvé, je me suis baladé le long du Pâquier puis je me suis tranquillement assis pour manger et faire quelques croquis. Bon, en même temps j’avais pas envie de rester allongé dans l’herbe toute l’après-midi. Je me suis donc dirigé vers l’Impérial Palace, lieu de rencontre du MIFA et des conférences, pour aller voir une présentation sur comment Kubo et l’armure magique a impressionné la critique, animée par Steve Ermerson et Eric Wachtman, en présence de Julien Deparis en qualité de modérateur et surtout directeur de l’école des nouvelles images à Avignon.

Elle démontrait le travail titanesque et merveilleux d’un film en stop-motion. Chaque étape était analysée précisément, et l’on pouvait vraiment comprendre en tant qu’étudiant tous les enjeux et les contraintes en terme d’animation, de sets (décors), de lighting mais aussi l’importance du travail en équipe. Sans compter qu’ils ont réalisé la plus grande marionnette de stop-motion. Elle fait environ 5 mètres de haut et représentait un grand enjeu dans la production vu le défi de sa conception !

Une fois que c’était fini, mes potes et moi avons quand même depuis le début de la journée une idée en tête : la soirée Zombillénium au Bowl d’Annecy (un bowling et une discothèque) : alcool gratuit et une partie de bowling offerte. Le rêve devint réalité ! Du coup, afin d’éviter la gueule de bois trop sévère, on file manger à Quick. Ils décident d’aller faire un tour, et je fais de même en profitant pour poser mes affaires chez moi.

De retour au Bonlieu, je décide de chercher la navette, ou autrement dit le bus magique, le porte au loin, la DeLorean. Vous l’aurez compris, c’était notre taxi gratuit ! S’en suit un before très rapide à l’arrêt de bus, puis un trajet de 20 minutes pour qu’on finisse par faire la teuf jusqu’à 3 heures du mat’ ! On a dansé (beaucoup), bu (qui a dit trop?), gueulé (ahem…) et rigolé. Bref : c’était fantastique !

À demain pour la dernière journée de cette fantastique édition !

l'auteur

Baptiste

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *