[Critique] Le grand méchant renard et autres contes.

Like Ne bougez pas Dislike
 
6
Print Friendly, PDF & Email

Rien ni personne n’aurait pu m’arrêter, me stopper dans mon élan vers la grande salle du centre culturel de Bonlieu, théâtre des plus grosses projections dont celle du Grand méchant renard et autres contes. Absolument rien. J’attendais le film de pieds fermes après avoir vu 15 minutes d’extraits au dernier Cartoon Movie. J’avais l’appréhension de trouver un film à rallonge, où seuls les meilleurs extraits avaient déjà été montrés. Sorti de la séance, me voilà rassuré : un divertissement très efficace !

Les réalisateurs, de haut en bas : Patrick Imbert et Benjamin Renner
Pays : France
Année de production : 2016
Durée : 1H19
Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin…

L’équipe derrière le film a été très maligne. Premièrement, pour vous (re)situer un peu l’historique du projet c’est Benjamin Renner qui a, dans son coin, réalisé des histoires en bande dessinée. Il nous a dit avoir écrit et dessiné Un bébé à livrer pour raconter à son frère, de façon “poétique” comment son bébé allait venir au monde. Publiées dans un livre en 2015, les histoires ont ensuite été pensées pour une diffusion télévisée pour, au final, en faire un “spécial d’animation” en long-métrage grâce à des scénettes de théâtre (jouées par les mêmes personnages que les contes) qui font office de transition. Une idée originale qui fait mouche sur le public qui se prend rapidement au jeu. Deuxièmement, le film sort demain. Pourquoi? Très certainement parce que c’est une période propice et, surtout, parce qu’il profite de la hype laissée par sa diffusion au festival. Vous n’avez qu’à lire les nombreuses critiques qui sont publiées depuis quelques jours, elles sont toutes (ou presque) dithyrambiques. En même temps, le film vaut largement tous les compliments !

La grande force de ce long-métrage, ou en tout cas “l’une des”, c’est son scénario. Le grand méchant renard et autres contes est un petit bijou d’écriture parce qu’à la fois simple et riche en gags, mais jamais lourd. Vous le savez, je déteste profondément les personnages trop maladroits au point d’en devenir des boulets. Ici, il n’en est rien : le renard est bête mais il n’est jamais dispensable. Tous les personnages, que ce soit le loup, le renard, les poules, le chien de garde ou encore les poussins, ont un capital attachant indéniable. J’irais même plus loin en disant qu’ils sont tous très complémentaires et forment, pour la plupart d’entre eux, une bande de joyeux lurons complètement fadas où leur seule limite est l’imagination débordante qui en découle ! Et c’est ça qui fait que le spectateur reste scotché à son siège pendant toute la projection : du farfelu attachant accompagné par une 2D qui répond trait pour trait aux dessins de Benjamin Renner.

S’il y a bien un point sur lequel je me dois d’insister lourdement, c’est sur le casting vocal. Et je ne vais pas y aller par quatre chemins : il est de loin le meilleur que j’ai pu entendre pour une version française depuis de nombreuses années. Rien de plus, rien de moins. Chaque acteur double son personnage comme s’il avait été écrit pour lui. Cet excellent casting me rappelle celui du long-métrage Astérix – Le domaine des Dieux où Alexandre Astier avait pensé les personnages en fonction des acteurs. Ici, j’ai la même impression mais avec une qualité bien meilleure ! Attention, je ne dis pas que le casting d’Astérix était nul, bien au contraire. Celui du grand méchant renard est vraiment parfait en tous points. J’adresse une mention toute particulière aux enfants qui ont doublé les poussins avec une justesse infinie. Le “Bonjour Madame !” de l’élève de la classe dans le second conte fera longtemps écho dans mon esprit comme l’une des répliques la mieux pensée et la mieux doublée depuis un bail ! On frise le génie sur ce point !

Nous avons la chance de découvrir ce pur bijou made in France (Folivari) de cocasserie au cinéma, un film qui réunira petits et grands à l’intérieur d’une madeleine de Proust géante composée de près de 80 minutes de détente et d’amusement. La 2D est la bienvenue dans cette composition, un peu comme une couche de chocolat sur la madeleine, une cerise sur le gâteau. Le grand méchant renard et autres contes est un véritable enchantement, du début à la fin. Du coup, je me pose une seule question : pourquoi s’en priver ?

Je ne m’en prive pas. J’aime ce genre de film. Vous savez pourquoi ? Parce qu’il n’a pas fallu des dizaines de millions d’euros pour le réaliser, parce qu’il n’a pas la prétention d’être l’un des plus grands films de cette décennie, parce qu’il a été réalisé par deux acolytes (Benjamin et Patrick Imbert) doués pour raconter des histoires, parce qu’il fait son travail de divertissement pour toute la famille. Enfin, parce que quand on le ressortira des placards dans dix ans pour le visionner à nouveau, je suis certain que l’on se dira qu’il n’a pas pris une ride. Alors, au final, ce n’est pas ce que l’on appelle un “grand film” ?

10/10

l'auteur

Anthony

Créateur et rédacteur en chef du site. Passionné de cinéma d'animation depuis ma tendre enfance, j'ai monté le site afin de partager à un maximum de personnes mes découvertes.

2 comments

  1. Salut Anthony,

    Je n’ai pu voir la séance évênement à BonLieu. Donc, je suis allé le voir hier soir au Gaumont Rennes.
    Comme tu le dit, la promo autour du film fonctionne très bien (comme la tortue rouge l’année dernière).

    J’ai donc également été charmé et amusé par ces petits contes.
    Si je rajoute l’hommage à Miyazaki, l’esprit de Chicken Run et la recette du générique de fin, c’est une véritable douceur pour la pause goûter !
    A savourer 🙂

    1. Hello David et merci de ton retour 🙂

      Pour la recette, j’ai essayé de ne pas en parler pour ne pas spoiler mais tout le monde en parle dans les commentaires alors c’est raté ^_^ A savourer effectivement ! 🙂

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *