[Critique] Tea pets.

Like Ne bougez pas Dislike
 
6
Print Friendly, PDF & Email

Présenté dans la catégorie des longs métrages hors compétition et réalisé par Gary Wang, parlons aujourd’hui de Tea pets, cette production chinoise dont les premières images m’avaient particulièrement donné l’eau à la bouche.

Gary Wang, réalisateur

Pays : Chine
Année de production : 2017
Durée : 1H33
Les compagnons de thé sont de petits personnages de porcelaine que les buveurs de thé possèdent et sur lesquels ils aiment verser du thé. Atang, un compagnon de thé, vit dans un salon de thé. Il est le seul à ne pas pouvoir changer de couleur, bien qu’il ait été fait par un maître. Un jour, il rencontre un petit robot. Il va l’accompagner dans son aventure pour trouver un moyen de retourner dans le futur.

Un appétit titillé par le visionnage de la bande annonce de part ses qualités graphiques dans un premier temps, mais aussi pour son appréhension d’un thème culturel chinois traditionnel, la cérémonie du thé. Et après plus d’une heure et demie de film, je dois bien avouer que je ne suis qu’en partie satisfait.

Des deux aspects cités, seul le visuel a complètement comblé l’attente que je pouvais avoir, tant le métrage est techniquement bon au point de ne pas avoir à rougir face aux références du milieu. Que ce soit en terme d’animation des personnages, avec quelques scènes fabuleuses comme celles en présence des guêpes ou les différentes scènes de course poursuite, mais aussi la générosité des détails qui composent les différents plans, le spectateur assiste à une très belle démonstration technique qui fait plaisir à voir. D’autant plus plaisir d’ailleurs que le métrage nous montre ainsi que la Chine sait proposer de la très grande animation et nous faire oublier les Boony Bears et autres infamies du même genre.

Mais voilà, il reste le deuxième aspect qui m’intéressait et c’est là que le bât blesse. Le métrage de Gary Wang nous raconte l’histoire de Atang, un compagnon du thé, sorte de petite statuette de porcelaine utilisée lors de la cérémonie du thé, qui présente la particularité de ne pas changer de couleur comme les autres. La vie d’Atang va être bouleversée par l’arrivée d’un robot venant du futur, provoquant une grande aventure qui va leur faire découvrir, à défaut du monde, la ville et ses alentours.

Et cette aventure, censée permettre au robot de retourner d’où il vient tout en faisant découvrir le monde extérieur à Atang, ne raconte malheureusement pas grand chose. Certes, leurs péripéties donneront lieux à plusieurs rencontres plus ou moins intéressantes, comme la très sympathique scène du repaire des rats qui s’oppose à l’ennuyeuse scène avec les grenouilles, mais l’ensemble manque terriblement d’enjeux. A aucun moment on ne se sent vraiment impliqué ou attaché aux personnages, détruisant ainsi toute tentative d’impact dramatique sur le spectateur alors que la volonté semble être là.

Pire encore, Tea Pets tend même à s’inspirer parfois lourdement de certaines oeuvres du monde de l’animation, comme Wall-E ou encore Toy Story 3 pour les plus évidentes. Ce qui enlève tout effet de surprise lors de certaines scènes clefs de la narration, pour emmener vers un final décevant cousu de fil blanc, flirtant même avec l’incohérence sur quelques éléments. L’aspect culturel qui m’intéressait est donc mis de côté, à quelques petites exceptions près, au profit d’un film d’aventure dont seul l’humour arrive régulièrement à faire mouche.

Je ne peux pas cacher que je suis déçu par le Tea Pets de Gary Wang. J’en attendais peut-être trop, mais il est assez frustrant de voir qu’avec autant de potentiel, l’histoire ne tienne pas du tout la route alors que l’aspect technique semble autant maîtrisé. Le film se regarde tout de même assez bien et est divertissant de part son humour et ses différentes scènes d’action assez impressionnantes, mais cela reste anecdotique.

5/10

l'auteur

David

On dit souvent que les loutres, c'est cool. Et bien on a raison et même plus encore. David en est justement une, de celles qui aiment manger des kg de films d'animation et en parler par ici. On dit aussi qu'il le fait parce qu'il aime les coups de fouet d'Anthony, mais chut !

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *