[Pitch Mifa] Discussion avec Caroline Attia & Françoise Ruscak autour du Pantalon.

Like Ne bougez pas Dislike
 
1
Print Friendly, PDF & Email

Présenté dans la catégorie des Pitch Mifa pour les longs-métrages, Le Pantalon nous raconte l’histoire de Sean, un jeune garçon de huit ans vêtu d’une robe, qui traverse l’Irlande sous oppression britannique en quête d’un pantalon, dans les années 80.

Le pantalon a été présenté le 14 juin au Mifa, par Françoise Rusckak et Caroline Attia Larivière.

Ce projet résonne avec The Breadwinner, réalisé par Nora Towney, car il partage cette quête de libération par l’habillement. Là où Parvana s’habille en garçon pour nourrir sa famille, Sean vit son aventure vêtu d’une robe. A propos de la quête d’identité et de liberté par le vêtement pour le héros, Caroline Attia Larivière nous raconte :

“On a beaucoup plus l’habitude que ce soit dans le sens fille habillé en garçon, comme pour Calamity Jane par exemple. Ça se fait beaucoup moins dans l’autre sens et cela pose beaucoup plus de problèmes. Il y a des personnes qui viennent vers nous et qui trouvent le sujet très fort et d’autres qui sont beaucoup plus réfractaires. C’est pour ça que c’est important de le faire. On s’interroge beaucoup sur les stéréotypes qu’on associe à des genres, nous sommes toutes les deux mères, ce qui fait que nous en parlons souvent.”

Françoise Ruscak, scénariste sur le projet, ajoute sur le sujet :

“Par exemple, on était à une brocante et on vendait deux turbulettes, une bleue et une mauve très foncée. Les deux étaient le top de la turbulette et bien, des gens trouvaient le moyen de dire que “Non, mauve ce n’est pas une couleur pour les garçons, ni bleu pour les filles.” C’est un détail, mais ce sont des attitudes qui se prolongent tout au long de la vie. En ce moment, on parle souvent de changement de sexe mais ce n’est pas notre thématique”

Caroline Attia appuie ce propos : “Oui, il s’agit d’un petit garçon qui s’habille en fille pour des raisons qu’on découvrira dans le film, mais il n’est pas question de sexualité.”

Nous avons ensuite évoqué la construction et l’évolution de Sean, la scénariste a développé au sujet du héros :

“Sean se construit surtout avec les autres personnages, mais il vit sur une petite île d’Irlande où les gens ont une mentalité très insulaire. Celle-ci explique aussi que personne ne soit choqué de le voir se promener en robe. Il a grandi sans père et va partir à sa recherche, ce qui fait qu’il n’a jamais eu d’exemple de masculinité. Vu qu’il s’est toujours vu en robe, ça ne lui a jamais posé de problème jusqu’à ce qu’un nouvel élève de sa classe le remette en question.”

Le Pantalon est actuellement en recherche d’un producteur qui sera à même de porter le projet sur la longueur.

“Au delà de l’aspect financier, nous recherchons un producteur qui sera vraiment investi dans ce qu’on veut transmettre au spectateur.”

Après avoir découvert les images du premier trailer, nous avons échangé autour de la question de l’animation. La réalisatrice nous explique alors :

“On a le projet de le réaliser dans une animation 2D et digitale avec une esthétique peinte. Dans cette petite bande-annonce, on peut voir deux soldats de l’armée britannique, à la poursuite de Sean et constitueront un duo comique à la Laurel et Hardy. Ils seront une sorte de running gag pour dédramatiser le contexte politique. On aimerait mettre en place deux niveaux de lecture, un pour les enfants et un pour les adultes, mais on a envie que le film soit vu en priorité par les enfants.”

Alors que The Breadwinner dépeint la dure réalité sous les talibans en Afghanistan, Le Pantalon n’échappe pas à un contexte politique violent en situant l’action dans l’Irlande déchirée des eighties. Françoise Ruscak revient sur la genèse de cette trame narrative :

“L’idée m’est venue en discutant avec un ami irlandais qui m’expliquait qu’à cette période-là dans son petit village, il n’était pas rare de voir des enfants se promener pieds nus ou des garçons habillés en robe, tant la population était pauvre. L’Irlande était divisée par des tensions politico-religieuses entre catholiques et protestants. J’ai déjà pu travailler à partir de documents et la prochaine étape se serait d’aller sur place pour faire évoluer les recherches. Dans l’idéal, on souhaiterait qu’un producteur soit irlandais, car cela apporterait de la crédibilité au sujet.”

Le Pantalon est un projet porteur de modernité qui explore une période historique de l’Irlande méconnue en animation. Nous pouvons espérer que Caroline Attia et Françoise Ruscak trouvent un ou des producteur(s) investis dans cette histoire irlandaise.

l'auteur

Muriel

Podcastrice, rédactrice, amatrice de curiosités et bizarreries animées. Vous pouvez aussi m'entendre faire grawr sur Grawr.fr.

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *