[Conférence] Ce que nous réserve DreamWorks Animation pour 2019 !

Like Ne bougez pas Dislike
 
0
Print Friendly, PDF & Email

Cette année, les studios DreamWorks Animation nous ont offert une séance de présentation de leurs nouveaux projets relativement complète. Voyons ce qu’ils nous réservent pour 2019 !

Cette année, DreamWorks Animation nous concocte un nouveau projet original et nous avons eu droit à une présentation plus que complète durant le festival : résumé de la trame narrative agrémentée de nombreux détails, des explications sur le processus artistique et narratif, mais surtout pas moins de 25 minutes de vidéos tirées du long-métrage encore en production !

Autant dire que les curieux présents dans la salle qui ne connaissaient pas encore le film (j’avais pris soin de ne pas trop en regarder avant la séance) peuvent maintenant se targuer de connaître les ¾ du scénario d’Abominable. Pour en dévoiler un peu, sachez simplement que nous suivrons les aventures de Yi, une petite fille vivant seule à Shanghaï avec sa mère et sa grand-mère. Celle-ci se retrouve un jour nez à nez avec un Yéti sur le toit de son immeuble. Elle comprend vite que celui-ci est pourchassé par une organisation et elle va l’aider à retrouver son Everest natal. Elle sera accompagnée de deux autres protagonistes : Jin, un adolescent qui ne s’intéresse à rien d’autre qu’à son image et idolâtre sa paire de chaussure, et Peng, qui rêve de devenir basketteur alors qu’il possède tous les attributs contraires pour y parvenir. À leurs trousses, ils retrouveront régulièrement sur leur chemin Burnish, qui rêve de capturer le Yéti dans le but de prouver son existence et prouver sa crédibilité auprès de ses collègues scientifiques. Au fil de leurs aventures, les enfants découvriront que le Yéti possède des pouvoirs magiques et qu’il peut interagir avec la nature.

The Yeti, Everest, in DreamWorks Animation and Pearl Studio’s Abominable, written and directed by Jill Culton.

Quand on sort d’un Work in progress d’un gros studio, on s’attend à en prendre plein la vue et on finit par attendre la sortie du film avec un peu plus d’empressement. DreamWorks Animation a ici parfaitement réussi son coup. L’histoire, même si elle n’est pas forcément la plus originale, permettra sûrement aux petits et grands de se plonger en Chine et dans l’Himalaya pour un voyage magique grâce à cette nouvelle production originale du studio. Le design qui accompagne le récit colle parfaitement aux différents lieux qui nous sont proposés tout du long de l’aventure et justifie, si besoin était-il de le faire, que DreamWorks Animation sait travailler la touche esthétique de ses longs-métrages. À une époque où il est important d’être populaire, notamment sur les réseaux sociaux, il sera fort appréciable de contempler la métamorphose de Jin. Celui-ci passe son temps avec son téléphone pour alimenter ses réseaux et à faire très attention à son image, mais l’aventure qu’il va vivre le forcera à passer outre les futilités du monde moderne pour retrouver tout ce qui compte le plus dans le monde. Ce film étant le premier des studios à se dérouler en période hivernale, il ne serait pas surprenant que des messages écologiques soient diffusés durant le périple des jeunes aventuriers.

Il faudra maintenant attendre le 23 octobre 2019 pour vérifier si Abominable tient toutes ses promesses…


Marooned

de Andy Erekson

Après un long-métrage original, les studios DreamWorks Animation nous offrent un court-métrage original : Marooned !

Présenté en avant-première au festival d’Annecy, le court-métrage d’Andy Erekson a permis une petite coupure entre les présentations des deux gros projets du studio. Pour ce projet personnel, celui qui travaille habituellement au story-boarding des longs-métrages nous apporte ici un court porteur de beaux messages.

Tout commence sur une base lunaire abandonnée. Un petit robot tente de se construire un vaisseau à base de débris pour atteindre son rêve : rejoindre la Terre qu’il observe se “lever” tous les jours. Il parvient tant bien que mal à construire une moitié de fusée, qu’il complétera à terme grâce à sa dernière batterie, quand il découvre un autre petit robot comme lui dépourvu de batterie… Refusant au premier abord que ce nouveau compagnon d’infortune partage son rêve, notre petit robot va se laisser gagner petit à petit par l’altruisme et la bienveillance.

Un beau message nous est passé au travers de cette histoire, qui nous rappelle forcément un peu WALL•E, sauf que cette fois il est bloqué dans l’espace et souhaite revenir à la maison.


Trolls 2 : World Tour

de Walt Dhorn

Les Trolls sont de retour pour une tournée mondiale, présentée au festival cette année ! Ils viennent clôturer la présentation DreamWorks Animation, qui est somme toute bien étoffée.

Dans cette suite, on apprend que le monde des Trolls est divisé en différents royaumes, ayant chacun la particularité de posséder son propre style musical distinct. On peut donc passer de la pop, à la musique classique, en faisant un détour par la musique country. Cependant, il existe une tribu qui ne juge que par le rock, et elle est bien décidé à décimer les autres cultures musicales pour faire dominer la sienne.

Étant plutôt ouvert aux différents styles de musiques répartis un peu partout dans le monde, je suis tout de même personnellement plus attiré par le rock. Je suis conscient qu’il faut forcément trouver un méchant pour faire tourner la trame scénaristique du film, mais je trouve que prendre le rock comme genre musical représentant le mal paraît fortement cliché… Je ne doute pas que tout ça finira en Happy End avec tous les genres musicaux qui arrivent malgré tout à cohabiter, mais il n’empêche que cela parait un peu facile.

Quoiqu’il en soit, le but ici est de divertir en intégrant encore une fois un nombre incalculable de titres de la culture musicale, pour la plupart connus du grand public. On devrait encore se retrouver avec une comédie musicale haute en couleur et on appréciera donc, ou pas selon les idéaux de chacun, les clichés offerts pour tous les styles musicaux. Le film est prévu pour le 25 mars 2020 en France.

l'auteur

Davy

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.