[Critique] Kai

Like Ne bougez pas Dislike
 
0
Print Friendly, PDF & Email

 

Vous avez chanté avec Elsa et Anna en regardant l’adaptation Disney de la Reine des Neiges ? Vous avez découvert les deux versions russes avec plus ou moins d’appréciation ? Vous en voulez encore ? Et bien parlons cette fois-ci de la version coréenne du conte de Hans Christian Andersen, Kai, réalisée par Sung-Gang Lee.

Sung-gang Lee, réalisateur.
Pays : Corée du Sud
Année de production : 2016
Durée : 1H36

Dans les prairies d’Asie centrale, un frère et une sœur, Kai et Shamui, parcourent une montagne couverte de neige, pourchassés par des loups. Soudain, ils sont emportés par une énorme avalanche. Seul Kai est sauvé par leur mère et sa tribu. Shamui est perdue sur le lac verglacé de Hattan, la tristement célèbre reine de neige.

Une version revisitée à la sauce orientale, qui a au moins le mérite de se détacher complètement des autres versions citées, ce qui n’est pas pour me déplaire. En effet, le réalisateur et le scénariste Yong-jae Ryu placent leur contexte dans les grandes prairies d’Asie Centrale, leur permettant ainsi d’exploiter une mythologie qui nous est peu connue, comme l’Esprit de la rivière, source de vie indispensable aux habitants.

On y suit donc en parallèle l’histoire d’un frère  et une soeur, séparés par une avalanche. Shamui, la fille, se retrouvera prisonnière de Hattan, la tristement célèbre Reine des Neiges, alors que Kai, le garçon, sera sauvé par sa tribu. Et alors que Shamui sert de sbire lobotomisée par Hattan dans ses envies de conquête des grandes prairies, Kai lui se verra confier pour mission d’aller la vaincre grâce à l’âme de la Rivière.

Nous sommes donc en présence d’une aventure à tendance dramatique, qui servira de quête initiatique au jeune Kai, intrépide mais maladroit, qui cherche à faire ses preuves. Une histoire vue et revue, qui ne cherche que rarement à sortir des sentiers battus.

L’ensemble est presque entièrement prévisible, à part quelques rebondissements qui vont exploiter comme dit plus haut la mythologie asiatique. L’exemple le plus parlant étant une très belle scène et l’utilisation d’un esprit différent de celui de la rivière, qui m’a particulièrement plu.

Mais le manque d’originalité n’est pas le principal défaut du métrage, car si l’exécution est bonne, ça marche. Et à mon sens, ce n’est pas le cas ici. Le film manque trop souvent de cohérence pour que ça ne dérange pas. Concrètement, vu comment la quête est exécutée et vu toutes les bourdes aberrantes faites par Kai, soit la Reine des Neiges et ses sbires constituent une belle bande de bras cassés, soit le réalisateur s’en fichait juste et s’est laissé tenter par la facilité.

Un manque de cohérence qui se retrouve aussi sur certaines situations aux conséquences différentes entre le jeune garçon et un personnage lambda. Je prendrais l’exemple des loups de Hattan, qui glacent n’importe qui d’un simple contact, alors que ce n’est pas le cas pour Kai. Ce ne serait pas vraiment gênant si ça arrivait une fois, mais c’est constamment comme ça !  

Et c’est dommage, car hormis ces incohérences de scénario, le reste du film reste bon. Si on oublie certains personnages, le film est visuellement magnifique et certaines scènes impressionnent de par leur mise en scène et leurs choix artistiques. L’exploitation de la mythologie est elle aussi bonne et compréhensible pour ceux qui ne la connaissent pas.

Kai de Sung-Gang Lee aurait pu être un excellent film, dépaysant et frais, si celui-ci ne sombrait pas trop régulièrement dans l’incohérence et dans la facilité. Une petite déception donc, même si je ne doute pas que certains n’attacheront pas autant d’importance à ces éléments. Et au moins, il n’y a pas Olaf.

 

l'auteur

David

On dit souvent que les loutres, c'est cool. Et bien on a raison et même plus encore. David en est justement une, de celles qui aiment manger des kg de films d'animation et en parler par ici. On dit aussi qu'il le fait parce qu'il aime les coups de fouet d'Anthony, mais chut !

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.