Print Friendly, PDF & Email

14 ans après la sortie de son premier film aux studios Pixar et après plusieurs opus dans le monde du live, Brad Bird revient aux super héros qui lui ont fait gagner l’Oscar du meilleur film d’animation, avec la suite des Indestructibles. Beaucoup de crainte pour certains, beaucoup d’engouement pour d’autres, on peut dire que ça aura fait parler les foules ! Mais que vaut cet Indestructibles 2 ?

Brad Bird, réalisateur.

Pays : USA
Année de production : 2018
Durée : 1H58
Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

Je ne vais pas vous mentir, je faisais parti de la première catégorie de personnes, ceux qui ont peur, à l’approche de cette nouvelle production de Pixar. Comme beaucoup, Les Indestructibles est un excellent souvenir de jeunesse et je le revois régulièrement, tant celui-ci est intelligent et se démarque sous bien des aspects de tout le tsunami super héros que nous avalons maintenant depuis plus de 10 ans et encore plus ces dernières années.

Mais force est de constater que Brad Bird sait toujours aussi bien manier les super pouvoirs de la famille Parr que nos émotions.

Les Indestructibles 2 commence juste là où Brad Bird nous avait laissé 14 ans plus tôt, avec nos héros en prise avec l’Homme-Taupe qui s’apprête à faire un cambriolage. Grosses scènes d’actions, dont on soulignera une animation et des idées de mise en scène vraiment impressionnantes à l’image du reste du film, et surtout dégâts monstrueux vont provoquer l’intrigue principale du film : les super-héros sont illégaux. Introduite dans le précédent, on retrouve ici son évolution par le biais de deux nouveaux protagonistes, de riches héritiers industriels qui veulent redorer le blason de ces chevaliers des temps modernes, en améliorant leur communication et montrer ainsi qu’ils sont indispensables.

Mais à l’instar des Indestructibles, cette trame narrative n’est qu’un prétexte au réel terrain de jeu de Brad Bird, où il excelle clairement : l’humain. Robert Parr cède le devant de la scène à sa femme Hélène, pour jouer sur la notion d’homme au foyer (qui galère complètement, il faut bien l’avouer) et pour appuyer sur la place de la femme qui ne sert pas qu’à faire la popote. Violette poursuit elle aussi son évolution dans l’adolescence, pour chercher sa place, comme toute personne de son âge. Une grosse thématique familiale moderne, qui parlera à tout le monde et qui est exécutée sans tomber dans les poncifs du genre, avec assez d’intelligence pour jongler entre émotions et humour, le tout saupoudré d’action qui vous en collera plein les yeux. Un régal.

Un régal à plusieurs niveaux d’ailleurs. Un régal car Brad Bird maîtrise ses personnages, son contexte et son univers. Il arrive à jongler et trouver l’équilibre entre sa profondeur d’histoire et l’explosivité de ses scènes d’action, n’en donnant jamais trop de l’un ou l’autre, pour créer un rythme sans réelles longueurs et qui captive, sur 2 heures de films. Un régal d’humour aussi, par le biais de tous ses personnages, secondaires et principaux, qui ne sombre pas dans la facilité et qui touchera toutes les tranches d’âges. Mention spéciale d’ailleurs à Jack-Jack dont certaines scènes, notamment avec le raton laveur, sont à hurler de rire.

Et enfin, un régal de mise en scène, car c’est un très beau spectacle que nous propose le réalisateur oscarisé. Le film regorge de très bonnes idées dans ses scènes d’action, avec notamment une utilisation géniale des pouvoirs d’Elastigirl que ce soit en moto ou juste en combat contre le méchant principal. Je pourrais d’ailleurs discuter longuement sur l’utilisation des pouvoirs en général, avec Frozone par exemple, car l’ensemble est réellement ingénieux, impressionnant et s’appuie sur une qualité visuelle à vous couper le souffle. Plusieurs fois, je me suis surpris à trépigner sur mon siège devant ce spectacle.


Micro-critiques de l’équipe :

Anthony : Un excellent divertissement qui n’égale pas le premier volet.

Mon avis en bref :

Un petit bijou d’animation, dynamique, drôle et émouvant, qui explore plus en profondeur l’univers créé par Brad Bird.


Les Indestructibles 2 balaie clairement les craintes que l’on pouvait avoir sur une énième suite des légendes du studio Pixar. En prenant le choix de suivre directement temporellement le premier, Brad Bird travaille plus en profondeur les thématiques de son univers pour notre plus grand plaisir, avec une intelligence et une fraîcheur certaine. On rigole, on est ému, on est tenu en haleine et ce même si les ficelles scénaristiques sont parfois un peu grosses. En bref, c’est un excellent divertissement qui plaira à toute la famille et ce même si vous frôlez l’overdose de super-héros !

Restons en contact

Print Friendly, PDF & Email

14 ans après la sortie de son premier film aux studios Pixar et après plusieurs opus dans le monde du live, Brad Bird revient aux super héros qui lui ont fait gagner l’Oscar du meilleur film d’animation, avec la suite des Indestructibles. Beaucoup de crainte pour certains, beaucoup d’engouement pour d’autres, on peut dire que ça aura fait parler les foules ! Mais que vaut cet Indestructibles 2 ?

Brad Bird, réalisateur.

Pays : USA
Année de production : 2018
Durée : 1H58
Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

Je ne vais pas vous mentir, je faisais parti de la première catégorie de personnes, ceux qui ont peur, à l’approche de cette nouvelle production de Pixar. Comme beaucoup, Les Indestructibles est un excellent souvenir de jeunesse et je le revois régulièrement, tant celui-ci est intelligent et se démarque sous bien des aspects de tout le tsunami super héros que nous avalons maintenant depuis plus de 10 ans et encore plus ces dernières années.

Mais force est de constater que Brad Bird sait toujours aussi bien manier les super pouvoirs de la famille Parr que nos émotions.

Les Indestructibles 2 commence juste là où Brad Bird nous avait laissé 14 ans plus tôt, avec nos héros en prise avec l’Homme-Taupe qui s’apprête à faire un cambriolage. Grosses scènes d’actions, dont on soulignera une animation et des idées de mise en scène vraiment impressionnantes à l’image du reste du film, et surtout dégâts monstrueux vont provoquer l’intrigue principale du film : les super-héros sont illégaux. Introduite dans le précédent, on retrouve ici son évolution par le biais de deux nouveaux protagonistes, de riches héritiers industriels qui veulent redorer le blason de ces chevaliers des temps modernes, en améliorant leur communication et montrer ainsi qu’ils sont indispensables.

Mais à l’instar des Indestructibles, cette trame narrative n’est qu’un prétexte au réel terrain de jeu de Brad Bird, où il excelle clairement : l’humain. Robert Parr cède le devant de la scène à sa femme Hélène, pour jouer sur la notion d’homme au foyer (qui galère complètement, il faut bien l’avouer) et pour appuyer sur la place de la femme qui ne sert pas qu’à faire la popote. Violette poursuit elle aussi son évolution dans l’adolescence, pour chercher sa place, comme toute personne de son âge. Une grosse thématique familiale moderne, qui parlera à tout le monde et qui est exécutée sans tomber dans les poncifs du genre, avec assez d’intelligence pour jongler entre émotions et humour, le tout saupoudré d’action qui vous en collera plein les yeux. Un régal.

Un régal à plusieurs niveaux d’ailleurs. Un régal car Brad Bird maîtrise ses personnages, son contexte et son univers. Il arrive à jongler et trouver l’équilibre entre sa profondeur d’histoire et l’explosivité de ses scènes d’action, n’en donnant jamais trop de l’un ou l’autre, pour créer un rythme sans réelles longueurs et qui captive, sur 2 heures de films. Un régal d’humour aussi, par le biais de tous ses personnages, secondaires et principaux, qui ne sombre pas dans la facilité et qui touchera toutes les tranches d’âges. Mention spéciale d’ailleurs à Jack-Jack dont certaines scènes, notamment avec le raton laveur, sont à hurler de rire.

Et enfin, un régal de mise en scène, car c’est un très beau spectacle que nous propose le réalisateur oscarisé. Le film regorge de très bonnes idées dans ses scènes d’action, avec notamment une utilisation géniale des pouvoirs d’Elastigirl que ce soit en moto ou juste en combat contre le méchant principal. Je pourrais d’ailleurs discuter longuement sur l’utilisation des pouvoirs en général, avec Frozone par exemple, car l’ensemble est réellement ingénieux, impressionnant et s’appuie sur une qualité visuelle à vous couper le souffle. Plusieurs fois, je me suis surpris à trépigner sur mon siège devant ce spectacle.


Micro-critiques de l’équipe :

Anthony : Un excellent divertissement qui n’égale pas le premier volet.

Mon avis en bref :

Un petit bijou d’animation, dynamique, drôle et émouvant, qui explore plus en profondeur l’univers créé par Brad Bird.


Les Indestructibles 2 balaie clairement les craintes que l’on pouvait avoir sur une énième suite des légendes du studio Pixar. En prenant le choix de suivre directement temporellement le premier, Brad Bird travaille plus en profondeur les thématiques de son univers pour notre plus grand plaisir, avec une intelligence et une fraîcheur certaine. On rigole, on est ému, on est tenu en haleine et ce même si les ficelles scénaristiques sont parfois un peu grosses. En bref, c’est un excellent divertissement qui plaira à toute la famille et ce même si vous frôlez l’overdose de super-héros !

bg1bg2bg3bg4bg5bg6