[Critique] Monkey King: Hero Is Back

Like Ne bougez pas Dislike
 
0
Print Friendly, PDF & Email

 

La Chine possède une mythologie très impressionnante, de par sa riche Histoire, ainsi que son fort attachement religieux. Un domaine impressionnant où le monde de l’animation peut puiser des histoires qui, pour nous autres occidentaux, nous sont souvent inconnus. Découvrons donc aujourd’hui l’une de celles qui nous est le plus familière, avec Monkey King : Hero is Back, par Tian Xiaopeng.

Tian Xiaopeng, réalisateur.

Pays : Chine
Année de production : 2015
Durée : 1H29

Il y a 500 ans, le roi des singes a été emprisonné dans une cage de glace pour avoir fait des dégâts au paradis. 500 ans plus tard, des monstres attaquent la ville de Chang’an. Un enfant fuit vers les montagnes et libère par inadvertance le roi des singes de son fléau, qui pourra alors aller se battre pour rétablir la justice.

Mes précédentes expériences avec l’animation chinoise lors du festival m’avaient laissé quelque peu sur ma faim. Entre le film débilitant pour enfant, en passant par le film de genre ultra classique qui ne révolutionne rien, je dois bien avouer qu’il y avait du travail pour me convaincre. Mais après avoir dévoré la bande-annonce du film de Tian Xiaopeng, la curiosité me poussait clairement à l’impatience de la découverte de cette histoire basée sur la légende du Roi Singe.

Et je ne fus pas déçu. Certes, le film possède quelques défauts imputables à la cible visée que sont les enfants. On y retrouve ainsi régulièrement un humour bas du front, véhiculé par le personnage de l’enfant mais surtout par celui du cochon abusant du “caca prout”. Une maladresse un peu facile heureusement compensée par toutes les qualités du métrage.

Des qualités notamment en ce qui concerne l’animation et le rythme. Sans parler de la représentation du quotidien où l’on retrouve un niveau acceptable, le film se démarque par ses scènes de combats. Un exemple flagrant est l’introduction du Roi Singe et sa légende. Dynamique, bien animée et entraînante, le tout dans une ambiance sonore traditionnelle chinoise, c’est un vrai plaisir que de voir ces différentes créatures du folklore chinois se coller des gnons.

Je retiendrais l’introduction bien sûr, à me coller des frissons, mais aussi le dernier quart d’heure impliquant l’antagoniste et ses différentes formes. Dans un final chargé d’émotion et impressionnant visuellement, Monkey King : Hero is Back nous offre de l’action qui envoie du lourd, pour notre plus grand plaisir.

Dommage cependant que les trolls ou encore le cochon, contrairement aux humains, fassent relativement tâche dans leur traitement graphique, mais aussi un sérieux abus de slow motion matrixien qui lasse rapidement le spectateur. Un premier point qui se pardonnera par le faible budget du film, mais qui n’excusera pas le second.

L’histoire n’est pas en reste non plus en ce qui concerne les points positifs. Si on fait l’impasse sur les scènes comiques un poil trop légères, le reste du long-métrage nous présente la suite d’un classique du folklore chinois des plus intéressants. Au travers du réveil du Roi Singe par un jeune orphelin, un message sur l’importance du changement de regard et sur l’acceptation des autres nous est proposé. Certes, c’est assez classique, mais le jeu des personnages et l’ambiance rendent la chose efficace.

Monkey King : Hero is back de Tian Xiaopeng n’est pas un film qui impressionne par sa qualité graphique et n’est certainement pas exempt de défauts, mais il possède du coeur. Du coeur qui se retrouve dans son histoire, ses efforts et une volonté de faire au mieux avec des moyens limités. Et ça se ressent ! Indiscutablement un bon moment, avec une découverte d’une légende chinoise qui donne envie d’approfondir. A voir sans hésiter avec ses enfants.

l'auteur

David

On dit souvent que les loutres, c'est cool. Et bien on a raison et même plus encore. David en est justement une, de celles qui aiment manger des kg de films d'animation et en parler par ici. On dit aussi qu'il le fait parce qu'il aime les coups de fouet d'Anthony, mais chut !

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *