[Critique] Regular Show : The Movie

Like Ne bougez pas Dislike
 
0
Print Friendly, PDF & Email

 

Il y a de ça presque 6 ans, le premier épisode de la série Regular Show, Le Pouvoir, était diffusé sur la chaîne Cartoon Network. Avec 230 épisodes aujourd’hui, la série de J.G. Quintel, dont je suis particulièrement fan, se pose comme étant une des séries phares de la chaîne aux côté d’autres grands titres tels qu’Adventure Time et Steven Universe.

J.G. Quintel, réalisateur.

Pays : États-Unis
Année de production : 2015
Durée : 1H08

Une expérience en laboratoire au collège se termine horriblement mal, créant malencontreusement un “Timenado”. L’univers est sur le point d’être détruit et il revient à Mordecai et Rigby de rentrer à temps et de remettre les choses dans l’ordre. Ils doivent combattre un terrible entraîneur de volley-ball afin de sauver l’univers et leur amitié.

Et c’est quand on lui a proposé de créer un épisode long que le créateur a saisi l’opportunité de demander plutôt un long-métrage, qui a été accepté pour donner Regular Show : The Movie.

Adapter un long-métrage en parallèle d’une série animée est un exercice périlleux où plusieurs shows, notamment japonais, nous ont offert des productions d’une qualité très variable. Dragon Ball, Naruto ou encore One Piece ont connu du très bon comme du très mauvais, alors que Bob l’Éponge a beaucoup mieux réussi son coup, et par deux fois.

Un parallèle intéressant à faire d’ailleurs avec l’ustensile de cuisine sous-marin le plus débile du monde, puisque les deux séries présentent quelques similarités. Le format court de 11 minutes et l’indépendance de leurs épisodes par exemple, qui entraînent un rythme soutenu dans la narration que l’on ne retrouve pas souvent et qui est d’autant plus marqué dans Regular Show, qui le gère très bien.

Exit ici dans l’adaptation en long métrage ce rythme un peu fou qui faisait le charme des aventures de Mordecai et Rigby. Au schéma classique de la série basé sur une journée de travail de nos deux héros, qui dégénéraient dans le fantastique ou la référence à la pop culture, se substitue une réelle histoire aux ambitions bien plus élevées.

J.G. Quintel profite ici de sa plus grande marge de manoeuvre en termes de durée pour prendre son temps, poser ses éléments et travailler plus en profondeur ses personnages. Ainsi, chaque rebondissement est préparé et l’on retrouve des codes plus classiques au niveau de la narration. Un changement qui apporte malheureusement son lot de lenteurs et qui pourra surprendre, voir décevoir, les fans de la première heure.

Mais qu’ils se rassurent, l’esprit du support original est bel et bien conservé dans Regular Show : The Movie. Au travers d’une histoire jouant avec le voyage dans le temps, sans trop s’ennuyer à expliquer comment, on retrouve bien entendu nos personnages préférés toujours aussi délicieusement débiles, mais aussi quelques figures emblématiques.

Indubitablement fun, les péripéties sont toujours aussi tordues et l’intrigue principale nous réserve même quelques passages émouvants, tout en donnant plus de profondeur au personnage de Rigby, ce qui est loin d’être déplaisant. Il manquerait tout de même quelque chose pour réellement marquer le spectateur et justifier d’un long métrage, au lieu d’un long épisode.

Avec Regular Show : The Movie, on sent que J.G. Quintel a voulu tester quelque chose dans l’univers de sa série. Plus posé, plus construit, on en viendrait presque à rentrer dans le Regular du Show… mais quand même pas, faut pas déconner. Même si il ne révolutionne rien, cette sorte de long épisode se regarde bien et fourni aux fans du rire et de l’absurde, et même un peu plus encore. Un peu plus d’audace n’aurait cependant pas fait de mal.

 

l'auteur

David

On dit souvent que les loutres, c'est cool. Et bien on a raison et même plus encore. David en est justement une, de celles qui aiment manger des kg de films d'animation et en parler par ici. On dit aussi qu'il le fait parce qu'il aime les coups de fouet d'Anthony, mais chut !

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *