[Critique] Sheep and Wolves

Like Ne bougez pas Dislike
 
0
Print Friendly, PDF & Email

Après The Snow Queen et sa suite, présentées les deux années précédentes au festival, Wizart Animation est une nouvelle fois présent en 2016 en nous proposant leur première création originale : Sheep and Wolves, d’Andrey Galat et Maxim Volkov.

Maxim Volkov, réalisateur.

Pays : Russie
Année de production : 2016
Durée : 1H18
Dans un pays magique lointain vit un troupeau de moutons insouciants, mais leur vie pastorale est interrompue quand une meute de loups monte le camp dans un ravin tout près. Gray, le favori de la meute, un idiot désespéré, relève le défi de devenir le chef, mais il va faire face à un léger contretemps, et finir dans le corps d’un… bélier !

Ceux qui ont déjà regardé les deux précédentes productions de ce jeune studio d’animation russe savent comme moi que celles-ci ne volent pas bien haut sur le fond, mais que la forme semble tout de même prometteuse. Même si on est loin du résultat des plus grands, The Snow Queen 2 offrait quelques très bons moments d’animation et faisaient même preuve d’audace.

Restait donc à corriger certains aspects de leurs productions, comme y tailler dans le surplus de légèreté, pour rester poli, afin d’y substituer un peu de profondeur. Ce que je pensais possible avec ce premier scénario original et surtout le sujet de base suivant : l’opposition entre deux races d’animaux ennemis, propice à des idées plus matures qu’un déluge de blagues flatulentes.

Malheureusement, mes espoirs furent rapidement vains et il ne me fallut pas longtemps pour comprendre que le film de Andrey Galat et Maxim Volkov ne s’adresserait pas à la bonne partie de mon front. En effet, même si on ressent bien une envie de la part des scénaristes de faire passer des messages sur la cohabitation entre les peuples, les problèmes d’intégration, le passage à l’âge adulte, etc., le tout tombe très vite à l’eau à peine ceux-ci amorcés.

Et ce pour une raison très simple qui constitue le problème majeur de ce Sheep and Wolves : la trop grande quantité d’humour, de surcroît douteux. Chaque sous-intrigue est installée puis instantanément gâchée la majorité du temps par des gags puérils qui ne marchent pas, soit car ils font très forcés, soit car ils ne sont juste pas drôles. La transformation de Grey, le loup, en bélier et cette découverte en sont un excellent exemple.

Là où on démarre par son désarroi de se retrouver dans la peau de ses habituels repas, on enchaîne rapidement par du comique ultra éculé du personnage qui panique et détruit tout dans la pièce où il se trouve. Et même ce gag se retrouve ruiné par une durée indécente et totalement gratuite, qui poussera le spectateur aguerri à puiser dans les ressources d’une patience déjà bien éprouvée.

Je ne vous cache pas que je suis attristé, car Wizart Animation possède un réel potentiel. Sur ses histoires, on sent tout de même une volonté d’offrir quelque chose au spectateur. Mais c’est surtout sur leur capacité de mise en scène et leurs progrès techniques que je trouve dommage qu’ils s’embourbent dans du film destiné uniquement aux plus jeunes. Visuellement ça tient la route, même si quelques détails salissent le métrage. Les fourrures et les textures sont bien travaillées, les décors sont riches en détails et en mouvements, et les scènes d’action arrivent même à impressionner !

Sheep and Wolves de Andrey Galat et Maxim Volkov aurait pu être un film très sympathique si celui-ci avait osé exploiter plus en profondeur son sujet de base, au lieu de ne se destiner qu’à un public trop jeune, qui y trouvera peut-être son compte. Reste que le gâchis est regrettable, tout comme la morale douteuse du film.

l'auteur

David

On dit souvent que les loutres, c'est cool. Et bien on a raison et même plus encore. David en est justement une, de celles qui aiment manger des kg de films d'animation et en parler par ici. On dit aussi qu'il le fait parce qu'il aime les coups de fouet d'Anthony, mais chut !

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *