Print Friendly, PDF & Email

Radiant est un manga créé par Tony Valente et publié aux éditions Ankama depuis juillet 2013. A l’heure actuelle, neuf tomes sont sortis et un dixième est en préparation. La Japon a découvert le manga en 2015 et en a acquis les droits pour en faire une série télévisée via la société NHK Entreprises réalisée par Seiji Kishi et Daisei Fukuoka (non présent ce jour-là). Ce work in progress nous présente tout le travail nécessaire à cette adaptation, de la découverte du manga au produit fini.

Intervenants de gauche à droite : Seiji Kishi (co-réalisateur), Makoto Uezu (directeur d’écriture), Yuji Higa (producteur de l’animation, Lerche), Yusuke Fujita (producteur, NHK Entreprises). Modérateur : Christophe Erbes (Kids Media Consulting).

Apprenti sorcier, Seth rêve d’exterminer les Némésis, redoutables monstres tombés du ciel qui sèment la terreur sur Terre. Il se lance alors à la recherche du Radiant, endroit mystérieux qui serait le berceau des Némésis. De puissants ennemis et de nombreuses épreuves se dressent sur la route de Seth et de ses nouveaux amis, poursuivis par la mystérieuse Inquisition.

Cette séance a été introduite par Anthony Roux, directeur du studio Ankama qui est à l’origine de la publication du manga Radiant, avant de s’effacer pour laisser la place à l’équipe japonaise. On y apprend rapidement que 21 épisodes de 24 minutes et trente secondes (!) sont prévus pour un public cible de 10 à 15 ans.

Tout débute en 2015 où Yusuke passe devant sa librairie préférée en rentrant chez lui. Il découvre, par hasard, le premier tome de Radiant qu’il aime beaucoup. L’équipe nous explique leurs réactions à la découverte du manga :

“C’est une oeuvre que je trouve admirable !”, Yusuke Fujita

“En découvrant j’ai cru que c’était fait au Japon. L’auteur a vraiment su s’inspirer de notre culture. C’est différent de ce que l’on a l’habitude de faire”, Yuji Higa

“Un défi séduisant de réaliser une oeuvre française inspirée du Japon et à destination de l’international”, Seiji Kishi

“Une oeuvre d’art”, Makoto Uezu

Yusuke s’empresse de contacter le détenteur des droits en passant par la société Asukashinsha qui s’occupe de traduire et de diffuser Radiant au Japon. Celle-ci le redirige vers Ankama Éditions, détentrice des droits. C’est le premier contact avec la France qui donnera très rapidement une réponse positive pour en faire une série en 2D. Yusuke nous raconte d’ailleurs ce choix : “Si Ankama avait voulu de la 3D, nous aurions suivi sans problème. Ce n’est pas ce que nous avons l’habitude de faire pour du manga, mais on l’aurait fait. Mais Ankama nous a demandé de la 2D alors nous avons dit oui tout de suite ! Nous sommes contents d’avoir récupéré la réalisation de la série, malgré le fait que Ankama produise ses propres animations.” La 3D est quand même présente mais exclusivement pour les décors. Pour la réalisation pure, NHK a fait appel au studio d’animation Lerche.

À la question du modérateur sur l’adaptation du scénario, l’équipe répond que les 21 épisodes sont basés sur l’histoire des 4 premiers tomes. Des rendez-vous Skype entre Lerche et Tony Valente sont organisés très régulièrement. Tony valide ou non les propositions et apporte des modifications qui sont toujours très positives à l’évolution du projet. Il donne des pistes pour développer les arcs narratifs entre les chapitres des tomes. Ces validations sont valables à toutes les étapes de la production, que ce soit pour le scénario, le design des personnages (il a fallu les adapter, enlever certains traits du manga pour faciliter l’animation sur la série) ou encore l’animation. Tony, malgré la distance (il est resté au Québec d’après ce que nous avons compris, pour développer les nouveaux tomes), est très présent sur la production. Makoto nous en parle : “C’était très dur de s’adapter. On a eu beaucoup de discussions avec Tony pour avoir des avis, des conseils… Tout est bon à prendre. C’est une première pour nous de travailler ainsi mais nous avons bâti une excellente relation.”

Le plus gros challenge de l’animation c’est de faire des choses pour l’international. En effet, la série sera diffusée au Japon mais aussi à l’international alors il faut le prévoir bien en amont de la production. On nous a d’ailleurs montré le logo Radiant en deux versions, l’une japonaise et l’autre internationale, mais avec dans tous les cas le nom écrit en japonais et en international.

Côté production, l’équipe explique se réunir une fois par semaine, le lundi à 21H, entre le réalisateur et tous les chefs des départements pour faire un point. Le réalisateur explique que l’objectif n’est pas de montrer qu’ils travaillent tard mais c’est uniquement parce que les chefs des départements sont tous disponibles qu’à ce moment. Le studio Lerche est en ce moment au plus fort de la production du coup ils sont énormément sollicités. Un épisode va être diffusé par semaine, comme c’est la tradition au Japon, il faut donc assurer la livraison. Pour cela, une dizaine d’équipes s’occupent parallèlement de fabriquer, chacune d’entre elles, un épisode. Chaque équipe met trois mois pour réaliser un épisode, à quoi il faut ajouter pour les lead un mois de scénario et un mois de storyboard.

Pour le casting vocal, Seiji Kishi raconte que les voix des enfants sont faites par des femmes, comme c’est, une fois de plus, la tradition au Japon. Ce choix est justifié par le fait que les enfants mûrissent et donc le jeune doubleur ne peut plus assurer son travail. Des femmes talentueuses (comme Yumiri Hanamori dont on a vu plusieurs enregistrements) font donc le doublage pour assurer une continuité au fil des saisons.

La série est prévue pour une diffusion sur la chaîne japonaise NHK en octobre de cette année, le samedi de 17H35 à 18H00, heure locale. Pas plus d’informations concernant la France. Nous savons juste que Lerche assure trois versions de chaque épisode : la japonaise, la japonaise sous-titrée française, la version anglaise sous-titrée française.

Restons en contact

Print Friendly, PDF & Email

Radiant est un manga créé par Tony Valente et publié aux éditions Ankama depuis juillet 2013. A l’heure actuelle, neuf tomes sont sortis et un dixième est en préparation. La Japon a découvert le manga en 2015 et en a acquis les droits pour en faire une série télévisée via la société NHK Entreprises réalisée par Seiji Kishi et Daisei Fukuoka (non présent ce jour-là). Ce work in progress nous présente tout le travail nécessaire à cette adaptation, de la découverte du manga au produit fini.

Intervenants de gauche à droite : Seiji Kishi (co-réalisateur), Makoto Uezu (directeur d’écriture), Yuji Higa (producteur de l’animation, Lerche), Yusuke Fujita (producteur, NHK Entreprises). Modérateur : Christophe Erbes (Kids Media Consulting).

Apprenti sorcier, Seth rêve d’exterminer les Némésis, redoutables monstres tombés du ciel qui sèment la terreur sur Terre. Il se lance alors à la recherche du Radiant, endroit mystérieux qui serait le berceau des Némésis. De puissants ennemis et de nombreuses épreuves se dressent sur la route de Seth et de ses nouveaux amis, poursuivis par la mystérieuse Inquisition.

Cette séance a été introduite par Anthony Roux, directeur du studio Ankama qui est à l’origine de la publication du manga Radiant, avant de s’effacer pour laisser la place à l’équipe japonaise. On y apprend rapidement que 21 épisodes de 24 minutes et trente secondes (!) sont prévus pour un public cible de 10 à 15 ans.

Tout débute en 2015 où Yusuke passe devant sa librairie préférée en rentrant chez lui. Il découvre, par hasard, le premier tome de Radiant qu’il aime beaucoup. L’équipe nous explique leurs réactions à la découverte du manga :

“C’est une oeuvre que je trouve admirable !”, Yusuke Fujita

“En découvrant j’ai cru que c’était fait au Japon. L’auteur a vraiment su s’inspirer de notre culture. C’est différent de ce que l’on a l’habitude de faire”, Yuji Higa

“Un défi séduisant de réaliser une oeuvre française inspirée du Japon et à destination de l’international”, Seiji Kishi

“Une oeuvre d’art”, Makoto Uezu

Yusuke s’empresse de contacter le détenteur des droits en passant par la société Asukashinsha qui s’occupe de traduire et de diffuser Radiant au Japon. Celle-ci le redirige vers Ankama Éditions, détentrice des droits. C’est le premier contact avec la France qui donnera très rapidement une réponse positive pour en faire une série en 2D. Yusuke nous raconte d’ailleurs ce choix : “Si Ankama avait voulu de la 3D, nous aurions suivi sans problème. Ce n’est pas ce que nous avons l’habitude de faire pour du manga, mais on l’aurait fait. Mais Ankama nous a demandé de la 2D alors nous avons dit oui tout de suite ! Nous sommes contents d’avoir récupéré la réalisation de la série, malgré le fait que Ankama produise ses propres animations.” La 3D est quand même présente mais exclusivement pour les décors. Pour la réalisation pure, NHK a fait appel au studio d’animation Lerche.

À la question du modérateur sur l’adaptation du scénario, l’équipe répond que les 21 épisodes sont basés sur l’histoire des 4 premiers tomes. Des rendez-vous Skype entre Lerche et Tony Valente sont organisés très régulièrement. Tony valide ou non les propositions et apporte des modifications qui sont toujours très positives à l’évolution du projet. Il donne des pistes pour développer les arcs narratifs entre les chapitres des tomes. Ces validations sont valables à toutes les étapes de la production, que ce soit pour le scénario, le design des personnages (il a fallu les adapter, enlever certains traits du manga pour faciliter l’animation sur la série) ou encore l’animation. Tony, malgré la distance (il est resté au Québec d’après ce que nous avons compris, pour développer les nouveaux tomes), est très présent sur la production. Makoto nous en parle : “C’était très dur de s’adapter. On a eu beaucoup de discussions avec Tony pour avoir des avis, des conseils… Tout est bon à prendre. C’est une première pour nous de travailler ainsi mais nous avons bâti une excellente relation.”

Le plus gros challenge de l’animation c’est de faire des choses pour l’international. En effet, la série sera diffusée au Japon mais aussi à l’international alors il faut le prévoir bien en amont de la production. On nous a d’ailleurs montré le logo Radiant en deux versions, l’une japonaise et l’autre internationale, mais avec dans tous les cas le nom écrit en japonais et en international.

Côté production, l’équipe explique se réunir une fois par semaine, le lundi à 21H, entre le réalisateur et tous les chefs des départements pour faire un point. Le réalisateur explique que l’objectif n’est pas de montrer qu’ils travaillent tard mais c’est uniquement parce que les chefs des départements sont tous disponibles qu’à ce moment. Le studio Lerche est en ce moment au plus fort de la production du coup ils sont énormément sollicités. Un épisode va être diffusé par semaine, comme c’est la tradition au Japon, il faut donc assurer la livraison. Pour cela, une dizaine d’équipes s’occupent parallèlement de fabriquer, chacune d’entre elles, un épisode. Chaque équipe met trois mois pour réaliser un épisode, à quoi il faut ajouter pour les lead un mois de scénario et un mois de storyboard.

Pour le casting vocal, Seiji Kishi raconte que les voix des enfants sont faites par des femmes, comme c’est, une fois de plus, la tradition au Japon. Ce choix est justifié par le fait que les enfants mûrissent et donc le jeune doubleur ne peut plus assurer son travail. Des femmes talentueuses (comme Yumiri Hanamori dont on a vu plusieurs enregistrements) font donc le doublage pour assurer une continuité au fil des saisons.

La série est prévue pour une diffusion sur la chaîne japonaise NHK en octobre de cette année, le samedi de 17H35 à 18H00, heure locale. Pas plus d’informations concernant la France. Nous savons juste que Lerche assure trois versions de chaque épisode : la japonaise, la japonaise sous-titrée française, la version anglaise sous-titrée française.

bg1bg2bg3bg4bg5bg6